Avoir 20 ans en confinement c’est comment ?

Avec l’aimable autorisation d’Influencia.

Quand les Millennials et les classes moyennes nous parlent de la jeunesse en deuxième confinement. Une étude de FreeThinking, laboratoire d’études communautaires de Publicis montre que les jeunes ont des attentes très concrètes : des emplois, la possibilité d’avoir un revenu même modeste, ne pas être laissé sur le bord de la route matériellement… Mais qu’il existe aussi une attente symbolique et de sens très forte….

Depuis 2007, Véronique Langlois et Xavier Charpentier, directeurs associés du Laboratoire d’études communautaires FreeThinking radioscopient la classe moyenne de notre beau pays. Au total, quatorze ans de conversations et plus de quarante études quali-collaboratives ont été menées, rassemblant près de 5000 Français sur la plateforme fermée Freethinking dans une conversation interactive au long cours. Cette année, depuis le 4 novembre, ils ont échangé avec 144 personnes*.

« Tous les instants de nos vingt ans nous sont comptés » : les mots de Charles Aznavour chantant « Sa jeunesse » pourraient être ceux de la jeunesse française, dans l’épreuve de ce deuxième confinement telle qu’elle la raconte avec ses aînés des classes moyennes1 . « Le sentiment de perdre une partie de cet âge censément d’insouciance et de possibles, de façon irrémédiable et de plus en plus absurde domine dans ces conversations. Mais aussi celui d’une énergie de la jeunesse qui doit lui permettre et nous permettre de dépasser la crise, pas simplement de lui résister », commente Véronique Langlois.

Deuxième confinement, double peine pour la jeunesse.

D’abord parce que ce deuxième confinement impose une rentrée « diminuée » par la fermeture des universités et établissements d’études supérieures et de certains lycées. Avec des cours en distanciel et une « vie étudiante » qui n’en a que le nom. Cette fois-ci, en plus de ceux qui vivent mal un deuxième retour chez les parents – au moment où on veut prendre son envol – il y a ceux qui n’ont pas pu rentrer au nid et se retrouvent seuls. Et ceux qui n’ont quasiment plus de cours en présentiel et restent très isolés, même chez leurs parents, puisque ceux-ci travaillent. L’impression de gâchis est énorme. « Le deuxième confinement est plus dur pour moi, j’ai 21 ans et je suis en fac. Mes parents continuent à travailler, je suis tout seul toute la journée. Je pense que pour la jeunesse, on passe à côté d’une année de notre vie. A 20 ans ce sont les plus importantes. A court terme, c’est compliqué pour ceux qui ont fini des études en juin et qui cherchent un travail. Pour les autres qui font leurs études, c’est compliqué de suivre et de garder un bon niveau», reconnaît ce jeune.

(…) retrouvez la suite de l’article sur Influencia en cliquant ici !

– – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Comme un pense-bête pour une nouvelle époque : voici les 10 grandes résolutions pour 2021 exprimées par les Français des classes moyennes sur notre plateforme conversationnelle durant cette année 2020 peu ordinaire.

1. Garder la bonne habitude de consommer détox.
2. Soutenir mes petits commerçants.
3. Plus que jamais, prendre soin de ma santé et de celle de mes proches, dans chacun de mes actes quotidiens.
4. Un jour, arriver au 0 déchet.
5. Redécouvrir les petits bonheurs de la vie normale.
6. Consommer patriote (dans la mesure de mes moyens).
7. Apprendre à me débrouiller seul et à faire moi-même ce que je peux.
8. Voir plus loin que les étiquettes.
9. Faire confiance à la jeunesse.
10. Penser aux autres.

 

Restons en contact

Twitter
Facebook